la toxicité des antidépresseurs et des anxiolytiques.

cette fois-ci j'en ai assez. Assez de bouffer des médicaments qui me rendent fou et qui ne soulagent pas ma souffrance bien au contraire. Je vous mets ce lien très intéressant. Il faut arrêter de s'empoisonner.

http://toxicantidepressants.fr/francais/antidepresseurs-et-empoisonnement/antidepresseurs-toxiques.html

Commentaires

1. Le mercredi, avril 19 2017, 19:12 par ph

Bonjour, je continue de lire la greffe. Avec mon mari, nous avons fait un génogramme en deux ans, avec l'aide de thérapeutes, ce qui nous a beaucoup aidés.

2. Le mercredi, avril 19 2017, 19:53 par zorg-f

courage! je ne connais pas les genogramme

3. Le mercredi, avril 19 2017, 22:47 par ph

Le génogramme est plus détaillé que l'arbre généalogique, on y inscrit les maladies de chaque membres, les défauts, qualités, les relations entre les individus, les secrets de famille... Il a eu un effet plus que bénéfique sur notre famille. Il nus a permis de comprendre, analyser, apprendre à se détacher et pardonner. Parlez-en à votre psychiatre.

4. Le jeudi, avril 20 2017, 10:34 par ph

Passage de la greffe :"Quelquefois ils parlaient de leurs parents, là aussi, les récits étaient énigmatiques, tellement qu'à la fin on avait l'impression d'en savoir moins qu'au début. Chaque histoire était le début d'une interrogation à laquelle il n'y avait jamais de réponse..."

D'où l'intérêt du génogramme, comprendre et ne pas transmettre les erreurs.

Je vous souhaite une bonne journée

5. Le jeudi, avril 20 2017, 11:25 par zorg-f

j'ai entrepris une démarche similaire pendant une psychothérapie analytique, ça n'a pas servi à grand-chose. Il m'a fait faire mon arbre généalogique. Je crois qu'il s'agit de rechercher une faute cachée par la génération précédente et dont je serais le porteur : l'enfant symptôme.
Je vois que vous avancez bien dans la greffe, j'espère que vous y trouvez un certain intérêt.
Quant à moi mon périmètre de vie se réduit peu à peu, je baisse les bras et je commence à me couper de tout ce qui faisait ma vie auparavant, je parle de ma famille et de mes amis et du sport. C'est horriblement douloureux car j'en ai pleinement conscience et je sais où ça va me mener. La seule chose qui me propose mon psychiatre c'est de prendre du loxapac. c'est une horreur, on dort debout et il y a beaucoup d'effets secondaires. Je préfère souffrir le martyr que d'avaler cette saloperie.
À bientôt

6. Le vendredi, avril 21 2017, 09:09 par ph

" Je vous l'ai déjà dit, je cherche quelque chose que je ne connais pas, je sais qu'il manque quelque chose à ma vie, mais je ne sais pas quoi... Je commence à m'ennuyer, ma vie me semble vide. C'est comme avec vos filets, j'ai toujours rempli mes filets de poisson, cela me remplissait de joie, maintenant ça m'est égal, ils seront toujours pleins, car pour moi la mer est inépuisable, il faut que je trouve un autre sens à ma vie.

Manuel lui dit : - les miens sont souvent vides et je ne m'ennuie jamais, voulez-vous que je vous emmène à la pêche, je connais une crique à une heure de bateau d'ici, la côte est magnifique, il y a peu de poisson, nous les ferons griller sur la plage, et vous irez vous baigner, j'amènerai du vin, des fruits et du pain. Nous partirons tôt le matin, nous rentrerons au coucher du soleil,nous aurons le temps de parler. "

Votre livre, très cohérent est un vrai plaisir, belles images du bord de mer adaptables au cinéma, ou que l'on pourrait peindre. Le passage ci-dessus est comme une belle parabole. Merci

Bonne journée

7. Le vendredi, avril 21 2017, 10:55 par zorg-f

bonjour.
Je suis content que vous appréciez mon livre, bien que je pense que la fin vous surprendra et vous déplaira.
Malgré les attaques de panique et la crise angoisse qui sont mon quotidien j'obéis à mon psychiatre qui m'a demandé de diminuer le Tranxene. Hier soir pour la première fois j'en ai pris un de moins. Je pensais passer une nuit blanche et être dévasté au petit matin. Surprise, il n'en a rien été bien au contraire. Alors je pense à ce que j'ai écrit dans la greffe et que moi aussi mes filets étaient toujours plein mais que ma vie était vide. Je me suis trompé surtout et c'est pour ça que je souffre. Je me suis trompé de vie et mon problème n'est pas chimique mais existentiel. Cela me saute aux yeux lorsque je me relis.
Si je veux guérir il faut que je me réinvente une nouvelle vie qui me corresponde. Je ne dis pas que mon exercice de médecin a été un échec mais ce n'était pas moi, le problème c'est que je ne sais pas qui je suis.
Je veux changer ma vie, vendre ma maison de Challans et habiter dans une petite maison toute simple ou je serai enfin débarrassé de problème matériel qui me ruine et qui me détruisait. Peut-être je me trompe complètement que cela ne changera rien, c'est un risque à prendre.

8. Le vendredi, avril 21 2017, 11:32 par ph

Oui, c'est une bonne chose de déménager de votre ville. Et vous allez y arriver. En attendant vous avez besoin de béquilles comme votre psychiatre. Mes commentaires sur votre ouvrages doivent vous semblez bien plats et pas d'un grand niveau, ... par rapport à ce que j'ai pu lire des autres personnes qui sont en lien avec vous. Je n'aurai aucun jugement sur la fin de votre livre, c'est votre oeuvre.

9. Le vendredi, avril 21 2017, 12:14 par zorg-f

pourquoi dites-vous ça ? Savez-vous que vous êtes ma seule lectrice, la seule qui lit la greffe.
Je trouve au contraire que vous êtes très perspicace.

Vous ne peut pas savoir l'espoir que m'a donné ma réaction à la baisse du Tranxene.
Vendre une maison n'est pas facile, il faut d'abord trouver un acheteur puis la vider entièrement. Trouver une maison de remplacement pendant la construction de l'autre, c'est très compliqué et cela coûte très cher. De plus je ne sais pas si psychologiquement je pourrais faire face.
vous allez voir en avançant dans la lecture qu'il va se passer une foule de choses, que le roman va se développer d'une façon tout à fait inattendue, mais je n'en dirai pas plus. J'attendrai vos commentaires.

10. Le samedi, avril 22 2017, 17:28 par ph

"Une légère brise du large soufflait ce soir là, amenant les odeurs si caractéristiques des ports de pêche, celle du gasoil, avec ses relents d'huile chaude, celle iodée de la mer, celle du poisson fraîchement débarqué, enfin celle des grillades des restaurants alentour, sardines grillées à l'odeur forte, et celle plus subtile safranée des homards et des langoustines.On sentait ainsi la végétation des alentours, des bruyères et des plantes aromatiques surchauffées par la journée qui se terminait, enfin l'odeur des algues sur les rochers (...)"

"Ce sont mes premières vacances depuis très longtemps, je suis un peu perdu, j'ai quitté un monde que je connaissais parfaitement, j'y suis à l'aise comme un poisson dans l'eau, comme vous sur votre bateau (...) ma vie a pour l'instant été exclusivement consacrée à mon travail et à mon ascension dans ce monde. C'est pour cela que ces vacances sont déroutantes pour moi, car j'ai l'impression de ne plus exister et aussi d'exister différemment, comme si j'avais ignoré qu'il puisse y avoir d'autres vies possibles, comme si j'avais oublié que la mer est bleue, que les falaises étaient rouges, qu'il y avait des couchers de soleil (...)"

"- Vous êtes jeune, dit Manuel, vous n'avez peut-être pas assez souffert, ou trop sans que vous le sachiez, comme on dit chez nous vous n'êtes peut être pas fini ! Les choses sont simples, la vie est simple, un homme doit construire sa maison et sa famille, puis il doit s'épanouir (...). Vivre l'instant présent, jour après jour, pendant toute une vie, se contenter de ce qu'on a, ne rien désirer de plus avoir la foi, une foi sans malice, sans artifice, comme l'amour pour sa femme (...)"

- Manuel, vous m'avez ouvert les bras et vous m'avez donné votre amitié, vous m'avez reçu sur votre plage, vous vous êtes confié à moi, et moi je n'ai rien à vous rendre, absolument rien, je ne sais pas quoi faire ni quoi dire, et je trouve cela très angoissant, comment puis-je vous rendre ce que vous m'avez donné ?"

"- Ne faites rien, votre présence me suffit, vous êtes là avec votre silence, votre impuissance,recevez ce que je vous donne, prenez-le car ça me fait plaisir, plus tard peut-être vous vous souviendrez (...) N'ayez pas peur Zachary et souvenez-vous de ce que je vous dis aujourd'hui moi le simple pêcheur, il ne faudra pas que vous soyez seul ce jour-là , et surtout il faudra que vous croyez en quelque chose, au moins en vous-même pour surmonter cette épreuve (...)

"C'est avec d'infinies précautions qu'il se servit un thé, il ne voulait surtout pas ébrécher ce bol dont il devinait la grande valeur et l'immensité rareté, il prit soin de tout, mesura chacun de ses gestes, mangea avec une infinie lenteur, il se prit à ce jeu, savourant chaque gorgée, chaque bouchée, il allait de plus en plus lentement (...) c'est à cet instant qu'il revint à lui, que le temps recommença à s'écouler, qu'il se réveilla, il avait retrouvé la paix."

J'ai lu ces extraits aujourd'hui sur la plage . Ecriture raffinée,très apaisante...
Je vous souhaite un bon weekend en famille

11. Le dimanche, avril 23 2017, 09:24 par zorg-f

je deviens fou

12. Le dimanche, avril 23 2017, 11:16 par zorg-f

quand je dis que je deviens fou c'est la vérité. je vis une souffrance au-delà de l'humain qui est en train de détruire mon esprit. Cela fait des années que je crie au loup,maintenant le loup est là, et plus personne dans mon entourage ne m'écoute. on croit toujours qu'on est rendu au bout, mais je crois qu'il n'y a pas de limite à la souffrance morale. La limite c'est la démence.
Vous êtes ma seule lectrice, comme j'aimerais partager avec d'autres ce que j'ai écrit, les choses auxquelles je croyais. Ce livre a été écrit sur plusieurs années, le début quand je travaillais encore.
Je vais peut-être me suicider ou me faire interner. Ce livre sera comme une sorte de testament de l'homme que j'ai été.
J'attends toujours un miracle, un déclic, quelque chose qui me remettre sur pied, qui stoppe la souffrance puisque les médicaments ne marchent pas.
Je vous suis extrêmement gré de me lire, c'est peut-être vous mon dernier espoir.

13. Le dimanche, avril 23 2017, 11:17 par ph

Bonjour, ne renoncez pas. Votre livre révèle une hypersensibilté que peu de personnes possèdent. Je vous encourage à continuer d'écrire, peindre, sculpter.. Vous avez assez de talent pour publier et exposer. Je suis admirative de Gérard GAROUSTE, peintre et écrivain, auteur de "L'intranquille" qui a créé l'association La Source".Vous me faites penser à lui.

14. Le dimanche, avril 23 2017, 11:25 par ph

Et je continue de vous lire. J'en suis au chapître 7. Votre livre est passionnant et me conforte dans la direction que je j'essaie de suivre, "l'humilité".

15. Le dimanche, avril 23 2017, 12:42 par zorg-f

merci

16. Le dimanche, avril 23 2017, 15:17 par ph

Nous écoutons beaucoup de musique dans notre famille, c'est ce qui nous fait vibrer et supporter les épreuves. Mon mari et mes enfants sont musiciens. Si vous aimez le blues, connaissez-vous Joe Bonamassa ? Beaucoup de classe lors de ses concerts (muddy wolf at reds rocks), regardez et écouter au casque son clip "Blues of desesperation" . Et un morceau où il joue avec Warren Haynes (Guitar center's king of the Blues 2011).

17. Le dimanche, avril 23 2017, 15:38 par zorg-f

j'aime le blues

18. Le lundi, avril 24 2017, 13:35 par ph

"- Alors tâchez de rester en vie encore un peu, allez vous promenez, levez-vous le matin, habillez-vous, passez me voir, buvez un peu moins, dans quelques mois e vous recevrai chez moi.

- Merci d'être passé me voir, lui dit le vieil homme en le raccompagnant à la porte, j'avais oublié que j'étais si seul, vous ne pouvez pas savoir comme ça me fait du bien, je vais suivre vos conseils, je vais vivre encore un peu pour aller dîner chez vous.

Il serra la main de Zachary, dans ses yeux il y avait des larmes, il lui prit le bras et le serra très fort." (...)

Le soir il avait commencé à lire le livre que lui avait prêté son voisin, le vieil éditeur alcoolique. C'était la première fois qu'il lisait un livre étrange, car ce livre était "étrange", rien à voir avec ce qu'il avait pu lire autrefois. (...) En lisant ce livre Zachary avait l'impression qu'on voulait lui apprendre quelque chose, qu'on voulait lui montrer le chemin, ce livre était un signe que le vieil éditeur voulait lui montrer, lui qui n'aimait pas les choses inventées se surprenait à prendre du plaisir à la lecture, il était troublé, et en redemandait. Il était toujours impatient de connaître la suite alors il lisait trop vite, il revenait en arrière, reprenait la lecture quelques chapitres plus haut pour mieux s'imprégner de l'étrange récit. Il arriva à un moment de rupture, où le livre n'exista plus en tant qu'objet, pas plus que les pages et que les caractères qui étaient imprimés, il voyait alors des images, il entendait des sons, le livre devenait une porte sur un autre monde. (...)"

Bonjour Zorg, je ne sais pas quoi dire, je ne trouve pas de mots pour exprimer mon émotion. Votre livre me transporte...

Je ne pense pas être la seule, sans doute les autres personnes qui vous suivent sur ce blog ne manqueront pas d'exprimer leur ressenti face à cet ouvrage. Et je vous encourage à l'éditer et continuer d'écrire. Ne privez pas le public de votre talent, et vous méritez d'être reconnu

19. Le lundi, avril 24 2017, 20:09 par zorg-f

si vous ete la seule,helas.

20. Le lundi, avril 24 2017, 20:47 par ph

Bonsoir Zorg, lorsque je vous ai connu, vous écriviez "L'homme qui portait sa moto sur son dos" si je me trompe pas. L'avez-vous terminé ?

21. Le lundi, avril 24 2017, 20:57 par zorg-f

j'ai envie de compléter ma réponse. Une seule personne qui aime mon livre c'est déjà beaucoup. Ce qui me fait le plus de peine c'est que la maladie tue la créativité en moi.

J'ai été lire un article sur la vie de Gérard GAROUSTE. Il dit qu'il regrette de ne pas avoir été soigné plus tôt car il pense que la maladie a diminué sa créativité.
j'ai plein de choses à dire, plein de choses à écrire,, plein de toile à peindre et la maladie m'empêche de le faire.
Faites-moi de la pub ! Parlez de mon livre, peut-être les gens seront curieux de le lire.
je doute parfois tellement de moi que je pense que ce livre est complètement débile. Alors vos commentaires me font du bien car je sais qu'ils sont sincères.
Il n'y a que la fin que je n'aurais peux être pas dû écrire comme ça. Je me suis lancé dans un délire qui en fait n'en est pas un. Car tout ce que j'ai écrit existe vraiment et actuellement beaucoup de recherche en physique étayent mes hypothèses.
C'est un autre livre dans le livre, j'aurais peut-être dû en écrire deux. Je l'ai terminé pendant un internement à l'hôpital psychiatrique de la Roche-sur-Yon, c'est peut-être à cause de l'ambiance particulière qui règne dans ce genre d'établissement que j'ai laissé à mon imagination son libre cours.

22. Le lundi, avril 24 2017, 20:59 par zorg-f

oui j'ai terminé l'homme qui portait sa moto sur son dos. Mais j'ai écrit trop vite et je l'ai bâclé, il a été refusé par tous les éditeurs chez qui je l'ai envoyé et je pense que c'est normal.

23. Le lundi, avril 24 2017, 21:17 par ph

Votre livre est loin d'être débile, je suis émue car "il traduit mon état d'esprit, comme s'il lisait dans mes pensées comme le passage du livre étrange que j'ai cité ce matin. Pouvez-vous pour commencer, ouvrir un compte facebook et y mettre vos peintures et sculptures (c'est un peu bateau, je sais) mais vous seriez en direct avec le public , et je pourrais partager. Si vous êtes d'accord, je vous donne mon pseudo facebook. Je peins à mon niveau, tous mes amis me disent d'exposer, mais j'en suis incapable. Et peut-être prendre le temps de réécrire la fin de la greffe si vous n'êtes pas sûr qu'elle vous convienne et la publier par cet intermédiaire.

24. Le lundi, avril 24 2017, 21:39 par ph

Je vais insister, si vous pouvez lire 'Iintranquille " de Gérard Garouste, voir le documentaire sur France 5 (2013 le retour aux sources et la vidéo "Elisabeth et G.Garouste 001 mouv-y sur you tube. J'aimerai aller à une de ses expositions (Gérard Garouste page officielle sur Facebook). Vous me faites pensez à lui quand il parle de ses délires et si je me souviens bien , vous avez publié sur ce blog un tableau avec un corbeau noir, qui de ce fait, me fait penser aux tableaux de ce peintre.

25. Le mardi, avril 25 2017, 06:26 par ph

J'ai eu une idée , pouvez-vous déposer votre livre auprès de la responsable de la médiathèque. Si celui-ci lui plaît ainsi qu'à ses collègues, l'ouvrage pourrait peut-être être placé en "tête de gondole" avec des fiches vierges de commentaires que le public pour remplir et déposer. Je pense que l'équipe serait sensible à un auteur de la ville.

26. Le mardi, avril 25 2017, 12:18 par zorg-f

je pense que vous êtes la seule lectrice car autrefois j'ai diffusé sur mon blog des morceaux de la greffe.
Je suis incapable de faire ce que vous nous proposez, incapable psychologiquement. J'ai fait éditer mon livre de poésie, il ne me reste qu'à le déposer à la maison de la presse qui a accepté de le prendre. Je ne peux pas faire cette démarche à cause de l'angoisse.
Se faire éditer est très compliqué et très onéreux aussi. Et puis je ne pense pas à cause de la fin du livre qu'il soit publiable. J'ai mis en vente ma vieille moto, si j'arrive à la vendre cela financera les frais d'édition.
hier j'ai réussi au prix d'efforts insensés à sortir de mon enfermement et à aller promener mes chiens sur la plage j'étais épuisé mais cela m'a fait du bien. Il faut absolument que je revienne dans la vie, que je sois dans l'action.
J'ai réussi à faire mon sevrage partiel du Tranxene qui avait été demandé par mon psychiatre. J'ai toujours autant d'angoisse mais je me sens plus dynamique ce qui est positif.
Pour vous donner une idée du coût de l'auto édition,, la correction de mon livre qui est en plus imparfaite m'a coûté 170 e et l'édition de 30 exemplaires me coûterait 500 e.

27. Le mardi, avril 25 2017, 13:13 par ph

Je vais lire jusqu'au bout votre livre et vous dire mon avis sur la fin.

En tout cas, vous avez une lectrice qui vous soutient, Léonie, et qui a laissé beaucoup de commentaires très intéressants sur la greffe. Je pense qu'il ne faut pas que vous laissez tomber ce projet d'édition. Allez à la maison de la presse déposer votre ouvrage puisqu'is ont accepté. C'est votre porte de sortie. J'hésite à partager ce blog avec d'autres connaissances car je ne veux pas que l'on me reconnaisse. Par contre, si vous avez un compte facebook montrant vos tableaux, sculptures , et vos poésies ... Je pourrai partager, je connais des gens qui apprécieraient votre travail et laisseraient des commentaires. La publication de la greffe viendra lorsque vous aurez retrouvé la confiance en vous. Le but s'est de diffuser au maximum vos talents. Je vois en effet que vous allez mieux aujourd'hui, vous parlez plus positivement.

28. Le mardi, avril 25 2017, 13:43 par zorg-f

c'est vrai.

29. Le mercredi, avril 26 2017, 06:33 par ph

"- Bien vous rentrez dans huit jours, votre place est réservée, êtes-vous d'accord Madame, dit-elle en regardant Clémentine.

Clémentine acquiesça sans dire un mot. La psychiatre ne demanda rien à Adolphe, comme s'il n'existait pas, les deux femmes se serrèrent la main et Clémentine régla la consultation.

Lorsqu'ils furent dans la voiture, Clémentine était au volant, elle le regarda avec un peu de tendresse et posa la main sur la sienne, elle lui dit :
- ça va aller Adolphe, on va s'en sortir.

Ce n'était pas grand-chose ce petit geste, ni ce regard, ce n'était pas grand chose mais c'était immense, l'homme assis sur le siège du passager éclata en larmes. Clémentine ôta sa main et ils rentrèrent chez eux."

Je me fond dans votre ouvrage, je suis une clémentine et j'ai gardé espoir

Je vous souhaite une belle journée

30. Le mercredi, avril 26 2017, 12:48 par zorg-f

moi je perds espoir. Aujourd'hui je souffre comme un damné. Je crois avoir vendu ma moto, mais je ne pense pas avoir assez d'énergie pour tenter de faire éditer la greffe.

31. Le mercredi, avril 26 2017, 15:24 par zorg-f

je viens de faire un instant un acte que je ne pensais pas pouvoir faire, depuis six mois mon recueil de poésie traîne dans mon bureau dans un coin.

J'ai réussi à trouver le courage et la volonté de le déposer à la maison de la presse de Challans ou il est en vente à un prix très raisonnable. Si ça vous intéresse aller voir, j'aimerais tant en vendre au moins un !

32. Le jeudi, avril 27 2017, 06:56 par ph

Merci, c'est une belle nouvelle

33. Le jeudi, avril 27 2017, 08:53 par ph

" -Je viens, mais je ne crois pas en toi, je viens parce que je ne sais pas vers qui me tourner, je viens parce que je suis seul et désespéré, je viens parce que je cherche de l'aide.

Il disait aussi :

- Je ne sais pas si tu m'entends, on dit qu'il ne faut rien te demander, on dit qu'il faut croire en toi, on dit que ça vient tout seul, on dit tellement de choses sur toi, regarde-moi, regarde qui je suis et ce que tu as fait de moi, pourquoi ?

- Parfois il insultait Dieu, cherchait à le provoquer pour qu'enfin il lui répondre, mais jamais il ne lui répondit. Mais lui il continuait, à parler tout seul, à parler à un inconnu qu'il aurait voulu connaître, comment peut-on parler à quelqu'un qu'il n'existe pas ?

La deuxième fois il resta presque deux heures, il continuait son monologue intérieur en s'adressant à celui auquel il ne croyait pas, les yeux fermés, la tête baissée, il parlait en pensée. Parfois il relevait la tête et ouvrait les yeux pour fixer ceux du christ, il aurait voulu qu'il bouge, un regard, une larme peut-être, il voulait un miracle et il n'y en eut pas.

Mais pendant qu'il priait il ne pensait à rien, sans qu'il en ait conscience l'angoisse s'estompait, ses désirs compulsifs d'alcool et de drogue disparaissaient, et quand il quittait l'église il faisait nuit déjà, il n'avait pas fait de bêtise, n'était pas rentré dans un bar, cela lui suffisait, il avait gagné une journée."

34. Le jeudi, avril 27 2017, 20:22 par zorg-f

vous avancez bien dans le livre. Je trouve vos commentaires très intéressant, vous citer des passages que je trouvais facile, pas très intéressant. Bien que celui que vous citez je l'aime bien aussi. Comme quoi dans un livre chacun peut y trouver quelque chose et que ça dépend du lecteur.
Quant à moi la lutte continue,, je me bats tous les jours contre moi-même et je vais peut-être un tout petit peu mieux. J'ai décidé de faire tirer quelques exemplaires de la greffe pour l'envoyer à des éditeurs, un peu grâce à vous qui m'avez redonné confiance en y trouvant un peu d'intérêt.

35. Le jeudi, avril 27 2017, 22:14 par ph

Aujourd'hui,c'est un jour particulier, c'est l'anniversaire de la mort de mon fils Bruno qui aurait 28 ans, Date à partir de laquelle mon mari a sombré dans le désespoir. J'ai beaucoup pleuré, imploré. Mais Demain, mon mari heureux,reviendra d'une visite à Pau, chez ses amis les pères Jésuites. Mon père qui a survécu à deux lymphomes, pleure ma mère décédée tous les jours depuis un an. Mais aujourd'hui, il est arrivé avec le sourire... Et je viens de terminer votre livre, oui, envoyez-le aux éditeurs. Il est prêt. il parle d'espérance, d'accueil et d'écoute de l'autre, d'humilité. C'est ça croire ... Merci,

36. Le vendredi, avril 28 2017, 10:02 par zorg-f

quelle tristesse et quel drame que la mort d'un enfant. Je pense à vous. Merci d'avoir lu le livre et de m'encourager.
Par respect pour vous je vais essayer de m'oublier ce matin et de garder ma souffrance pour moi.

37. Le samedi, avril 29 2017, 02:02 par Ninhursag

Juste un petit coup tarif Eric ....
Je suis votre discussion très intéressante avec ph.
Je repars sur la pointe des pieds..;-)
*

Belle et douce nuit à vous deux
*

Amitiés
Léonie

PS - si vous faites rééditer la greffe vous me direz où je peux acheter le livre car bien que j'en connaisse des passages, lire le tout sera bien mieux.

38. Le dimanche, avril 30 2017, 12:00 par zorg-f

il faut bien que je vous réponde et les nouvelles ne sont pas bonnes. Mon livre de poésie et mon roman sont des fonds de tiroir de ce que j'étais avant. Je suis en train de tout détruire autour de moi, moi le premier et ma famille ensuite. Pour la première fois ce matin ma femme m'a n'a pas supporté ma crise d'angoisse quotidienne et partit se coucher me laissant seul. Elle est en train de s'effondrer et moi j'essaie de tenir, de ne pas me suicider. je deviens une loque humaine,, l'angoisse et la souffrance et peut-être les médicaments ont détruit tous les piliers qui me faisaient encore tenir debout. Je suis extrêmement pessimiste quant à mon avenir et celui de mon couple et de ma vie. où est Dieu ? Il y a des mains tendues mais elles ne peuvent pas l'être éternellement, dans la vie c'est chacun pour soi.
Il est 12:00, ma femme dort dans son lit, je vais manger seul. Un de mes filles nous avait invité à déjeuner, en raison de mon état ma femme a refusé. C'est la fin.

39. Le mardi, mai 2 2017, 16:21 par ph

Bonjour,

Merci de nous faire partager "vos fonds de tiroir" !

"Surtout ne gardes pas le silence, jamais !
Exprimes ta souffrance, de toutes les façons,
écris, peins, soit un musicien, donnes-toi en spectacle.
Ne te suicides pas, ça les ferait sourire.
Eux qui tiennent tous à la vie, autant que toi."

Extrait "Le silence" Poésie de la déréliction

40. Le mercredi, mai 3 2017, 20:17 par zorg-f

il est très ancien ce poème, il y a si longtemps que j'ai écrit ça. Je n'ai pas vraiment respecté ce que j'ai écrit, mais nul n'est prophète. J'ai fait quatre tentatives de suicide qui bien que je sois médecin et que je savais inconsciemment que je m'en sortirai étaient vraiment destiné à mourir.
Après une journée d'hier chaotique aujourd'hui ça va un peu mieux J'ai réussi à bouger un peu et demain j'ai rendez-vous chez mon psychiatre. C'est très frustrant ces rendez-vous, faire 200 km pour trois quarts d'heure d'entretien ou on n'a pas le temps de tout dire et ou on doit négocier pied à pied ses arguments. Essayer d'être clair et compris lorsque soi-même on n'y comprend rien. C'est vraiment pas facile.
Aujourd'hui il y a eu aussi quelque chose qui m'a fait du bien, et qui vous rejoins. Une amie grande lectrice à qui j'ai envoyé mon roman. Elle les mêmes propos que vous et me conseille d'essayer de me faire éditer. Moi j'ai peur que la fin du livre le fasse classer dans les romans de science-fiction. Pourtant toutes les recherches actuelles en physique nucléaire et en neurobiologie confirment mes hypothèses. Moi je suis seulement allé un peu plus loin dans la fiction. Mais quand même il y a tellement de choses que l'homme ne comprend pas.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://zorg-f.fr/index.php?trackback/697

Fil des commentaires de ce billet