La France à deux vitesses.suite et fin.

Avant-hier à la radio j'écoutais une femme s'exprimer : elle disait avec colère à la suite des élections primaires de la droite que la médecine à deux vitesses allait revenir en France ! Mon sang n'a fait qu'un tour et j'ai ressenti de la colère devant la stupidité de cette réflexion. J'ai exercé pendant 37 ans la médecine en secteur un conventionné, nous n'avons été augmentés de quelques euros, certains actes ont même été abaissés. Pourquoi ? Je vais essayer de vous expliquer ce qui s'est passé et pourquoi on en est arrivé là. C'est extrêmement important de comprendre comment fonctionne la convention entre l'État et les médecins, car les médias et certains hommes politiques tiennent des discours mensongers et ignorants.

C'est sous le général De Gaulle que la sécurité sociale a été créée. Beaucoup de médecins rechignaient à entrer dans ce système. Pour les inciter à se conventionner l'État a financé un tiers de la retraite des médecins par un régime qui s'appelle l'ASV. Actuellement ce régime est en faillite et l'État n'a pas honoré sa signature. Sous la présidence de François Mitterrand pour tenter d'équilibrer le déficit de la sécurité sociale qui commençait à se creuser, deux mesures ont été décidées.

La première a été la suppression du secteur deux. C'est un peu plus compliqué que ça. Auparavant tous les ans les médecins avaient le choix entre les deux secteurs et pouvait basculer librement de l'un à l'autre. Nous avons reçu un courrier nous signifiant qu'il fallait choisir entre le secteur un et le secteur deux et qu'ensuite nous ne pourrions plus changer.

La deuxième réforme a été la baisse du numerus clausus, pour former moins de médecins. À cette première mesure s'est associé la suppression des certificats d'études spéciales qui permettaient d'accéder aux spécialités, dorénavant il fallait passer par l'internat. Il faut savoir que dans une spécialité enseignée dans un CHU, l'ophtalmologie par exemple, il existait trois postes d'internes et environ 10 CES. Le résultat c'est que la formation des futurs spécialistes a été divisée au moins par trois. Il a fallu 15 ans puisque c'est le temps pour former un médecin pour subir les résultats. Nous manquons de spécialistes, plus d'ophtalmologiste, plus de chirurgien, etc. etc. On doit faire appelle maintenant à des médecins étrangers mal formés bien contents de pouvoir venir exercer en France ! La gauche à l'époque a donc traité le problème à l'envers. Elle s'est imaginée qu'en diminuant le nombre de médecins elle diminuerait le trou de la sécurité sociale alors que le nombre de malades était identique. Le résultat a été catastrophique, six mois pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste. Les énarques de l'époque avaient oublié un petit détail, c'est que tous les internes deviennent chefs de clinique. Et que les seuls médecins ayant encore accès au secteur deux après la réforme de la gauche sont les chefs de clinique. Le résultat c'est que tous les chirurgiens et tous les spécialistes qui sortent maintenant, sont anciens chefs de clinique et choisissent d'exercer en secteur deux, que ce soit en privé ou en public ou pour éviter l'exode des médecins l'État les a autorisés à avoir une activité libérale dans le cadre hospitalier moyennant un renversement d'honoraires à l'hôpital. Ils ont le beurre et l'argent du beurre, ils profitent d'une structure qui ne leur coûte rien et s'en servent pour exercer une activité privée avec parfois des dessous de table pour les moins honnêtes.

De toute façon l'exercice en secteur un n'est plus viable pour un chirurgien, les actes sont tellement mal payés qu'ils ne financent même pas le matériel et le personnel. Ils n'ont donc pas le choix.

Le problème c'est que certains en profitent pour prendre des dépassements d'honoraires exorbitants et qu'il faudrait un encadrement de ces dépassements. Voilà le résultat d'une réforme débile fait par des énarques socialistes totalement ignorant du système de santé.

Maintenant, j'espère que vous avez compris, je voudrais vous parler d'autre chose. De la droite et de la gauche.

Au début du vingtième siècle, la classe ouvrière comme le décrit Zola était traité de façon inhumaine par le patronat classiquement de droite. Après un combat social menée par les syndicats socialiste, la condition ouvrière s'est peu à peu améliorée. Les conditions de travail sont devenues moins inhumaines, les femmes ont obtenu le droit de vote. Pendant la deuxième guerre mondiale le parti communiste français a été un des grands acteurs de la résistance pendant l'occupation allemande spécialement à la SNCF. Le socialisme est né de ces grandes réformes avec des hommes comme Jean-Jaurès. Après la guerre sous la présidence du général De Gaulle pourtant de droite,de grandes réformes sociales ont été mises en place, la santé pour tous gratuite, l'école laïque pour tous, l'accès pour tous grâce aux bourses aux grandes écoles. La droite à l'époque c'était le conservatisme nostalgique du colonialisme, la perte de nos colonies comme l'Algérie qui a réveillé les vieilles forces d'extrême droite. Les années ont passé, la France a connu le premier choc pétrolier et mai 68, la récession, l'inflation et le début du chômage. Peu à peu notre pays a dégringolé pour en arriver à la situation où nous sommes maintenant.

Il n'existe plus à mon sens de droite ou de gauche. On ne devrait même plus utiliser ces termes.

Je vais même aller plus loin en disant que la droite française c'est la gauche. Celle qui veut que rien ne change, qui veut conserver tous ses acquis et ses privilèges alors que l'autre moitié du pays trime pour le SMIC ou est au chômage.

Il n'y a plus de droit ou de gauche, il y a le secteur public et le secteur privé.

C'est scandaleux que l'État français doive s'endetter tous les mois pour payer des retraites de fonctionnaires. Cela nous mène droit au mur, droit à la faillite, dont les fonctionnaires seront les premières victimes.

J'ai travaillé dans les deux secteurs privé et public. Je suis donc bien placé pour les comparer.

Donc la droite conservatrice c'est la gauche. C'est celle qui va tout faire, à coups de grèves en paralysant le pays pour empêcher des réformes indispensables à l'avenir de notre pays. Il n'y a aucune raison qu'il y ait une France à deux vitesses. Chacun doit travailler autant d'heures et avoir sa retraite à 65 ans. Ce sera un geste citoyen et responsable de la part des fonctionnaires d'accepter de perdre leurs privilèges pour le bien de tous et le leur aussi.

Et ne me parlez pas d'homophobie ou de religion concernant certains hommes politiques, il y a des athées de gauche homophobe, il y a des chrétiens homophobes et de droite, cela n'a aucune importance et ce n'est pas là-dessus qu'il faut juger nos dirigeants.

Le plus important c'est de conserver notre système de santé mais pas sur le dos des médecins, notre éducation nationale, nos grandes écoles. Et de permettre enfin au secteur privé de pouvoir se développer et d'embaucher ou de déboucher librement avec le moins de contraintes possibles. Car toutes les lois antichômage aggravent le chômage. Il faut également faire barrage à l'extrême droite et l'extrême gauche. Bref il faut que les gens du secteur public comprennent qu'il est temps qu'ils fassent des concessions pour le bien de la France, de leurs enfants qui peut être un jour travailleront en usine ou dans une entreprise. Ma fille vit en Norvège, c'est un pays socialement en avance. Cependant au niveau de la santé par exemple,, si vous avez la grippe et si vous allez voir le médecin vous ne serez pas remboursés. Les petits bobos ne sont pas pris en charge, par contre toutes les maladies de longue durée sont intégralement pris en charge et les congés de maternité durant un an. C'est pareil en Allemagne et d'autres d'autres pays d'Europe.

Voilà c'est un coup de gueule que je lance contre la droite gauche, celle qui ne veut rien changer,qui ne veut rien lâcher, quitte a nous mené à la faillite. Le prochain président de la république qui sera certainement François Fillon va devoir affronter des grèves extrêmement dures,, j'espère qu'il sera intraitable,quitte a employer la force ou l'emprisonnement des meneurs. Il faut absolument que ces réformes passent.

C'est la première fois de ma vie que je me sens politiquement impliqué. Je ne me sens pas de droite, je suis un réformiste social-démocrate. Je suis pragmatique et je suis contre la France à deux vitesses. Nous avons besoin des fonctionnaires, nous avons besoin de tout le monde pour mener à bien les réformes nécessaires pour redresser notre pauvre économie.

Commentaires

1. Le mercredi, novembre 30 2016, 22:35 par Ninhursag

Bonsoir Eric

Vous avez dit que vous avez écrit me déplairaient, eh bien j'ai un esprit très critique et je ne suis étonnée en rien de ce que vous avez écrit surtout sur le secteur la santé publique qui va mal. J'ai le souvenir au boulot où on nous avait dit il y a 20 ans qu'on aurait un problème de médecins aujourd'hui à cause de ce fameux numérus clausus. Le gouvernement savait ces choses là à l'époque...
*
J'ai écouté une émission il y a longtemps sur la Norvège et ce que vous dites je l'ai entendu, j'ai pensé à ce moment là que leurs idées étaient intéressantes qu'on devrait les imiter.
Pour les petits bobos remboursés, effectivement je suis d'accord avec ça, perso j'ai toujours soigné les petits bobos avec succès par des moyens naturels, mais bien souvent mal vus par la médecine allopathique, aujourd'hui j'utilise la magnétisme enfin on appelle ça comme ça mais je dirais plutôt "énergie vitale". Je pense qu'en tant que médecin ça doit vous paraître absurde et pourtant il y a matière à recherches de ce côté et j'y vois la médecine du futur lointain sans doute.....
*
Pour ce qui est de la politique tout comme vous je vois que gauche/droite c'est la même chose, je ne vois aucune différence entre la manière de gouverner vu que les erreurs précédentes n'ont pas été réglées.
Personnellement je m'intéresse de loin à la politique parce qu'il y a des choses bien plus importantes qui n'effleurent personne et qui concernent l'humanité toute entière.
Les politiciens ne sont que des pantins et nous ne savons pas qui tire les ficelles.
*

En tous les cas je vous trouve en forme comme vous ne l'avez jamais été depuis que je suis votre blog et ça c'est un miracle qui peut profiter à ceux qui ont perdu espoir de retrouver le bonheur et la paix.
*
Je vous souhaite une agréable soirée.
Amitiés
Léonie

2. Le jeudi, décembre 1 2016, 12:07 par zorg-f

bonjour Leoni.
Oui, je n'ai jamais été aussi bien ou plutôt je suis devenu un autre. Je ne ressemble pas à l'homme d'avant, je ne ressemble pas à celui qui a souffert pendant 10 ans, je deviens autre chose.

Je vis des choses étranges comme la disparition complète de ma sexualité. Auparavant il m'arrivait souvent de me livrer aux plaisirs de l'idiot si vous voyez ce que je veux dire, je ne pouvais faire l'amour qu'avec des fantasmes sadomasochistes plein la tête et tout cela a entièrement disparu comme si j'étais desenvouté.
J'ai été lavé de quelque chose, l'alchimie a fait son travail enfin. Cependant je reste fragile et l'immense cicatrice qui barre mon âme n'est pas près de se refermer. Il faudra du temps et beaucoup de travail pour que je me reconstruise.
Plus je corrige la greffe, plus je me rends compte de la pertinence de ce récit où j'anticipe ce qui allait m'arriver. Le plus extraordinaire se serait que je vive ce que vit à la fin Adolphe.

3. Le jeudi, décembre 1 2016, 17:29 par ver00

CC Léonie et Zorg

J'ai été à une formation hier sur la nutrition et les maladies mentales. Le professeur Coudron Olivier de Dijon nous a expliqué que pour un bon fonctionnement des neurotransmetteurs cérébraux, il fallait un dosage suffisant en ferritine, en vitamine B9, B12 et D et en zinc. Une simple p de sang peut nous renseigner et prévenir les troubles mentaux, la dépression, les troubles du sommeil, les troubles de l'attention (notamment chez l'enfant).J'ai acheté son livre ; Guide des ordonnances de nutrition.

Les omega 3 aussi jouent un rôle important; mettez de l'huile de colza dans vos salades, mangez des œufs (pour les graines de lin que mangent les poules), des sardines, des légumes verts, du foie, du fois gras.

A vos assiettes ! bisous.

4. Le jeudi, décembre 1 2016, 19:52 par zorg-f

a table!

5. Le vendredi, décembre 2 2016, 15:55 par Ninhursag

Bonjour Eric
vous dites :
Plus je corrige la greffe, plus je me rends compte de la pertinence de ce récit où j'anticipe ce qui allait m'arriver. Le plus extraordinaire se serait que je vive ce que vit à la fin Adolphe.
*
Je suis contente que vous le constatiez car j'avais déjà vu ce que vous dites et je crois même vous l'avoir dit et quand vous dites en plus que vous êtes devenus un autre, et à mon avis ce ne serait pas étonnant que vous viviez ce que vit Adolphe à la fin, en tous les cas je l'ai pensé quand je l'ai lu. Je pense que vous avez extériorisé ce qui était au plus profond de vous et ce n'est qu'un début, un nouvel homme est né.
Quand à ce qui vous arrive pour la sexualité, c'est normal, toutes vos énergies au lieu d'alimenter le bas maintenant alimentent le haut. Vous êtes un être spirituel, nous le sommes tous mais il nous faut l'incarner réellement dans la vie et bien cela passe par un chemin initiatique, une sorte de nuit noire de l'âme qui se bat pour sortir de sa prison.
Je pense aussi que vous aurez encore plein de nouveauté à nous raconter sur le tout autre que vous êtes devenu plus vous aller avancer.

*
Je vous souhaite une bonne journée sans oublier Ver00 qui veut nous mettre à la diète.....non parce qu'il manque le petit verre de bon vin rouge ou le ti punch pour l'apéro.....:-)

*
Amitiés
Léonie

6. Le mardi, décembre 6 2016, 18:44 par ver00

Cc Léonie et Zorg

Oui, c'est vrai Léonie, Coudron nous a vanté les mérites du verre de vin en mangeant, mais pas de l'apéro !!!! Pour le cœur surtout. j'avais oublié .

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://zorg-f.fr/index.php?trackback/692

Fil des commentaires de ce billet