projet définitif de la couverture et de la quatrième de couverture : poésie de la déréliction.

Couverture_et_quatrieme_de_couverture_de_la_poesie_de_la_dereliction_4.pdf

Tu veux que ce soit plus sombre Si tu es le croupier, je suis hors du jeu Si tu es le guérisseur, ça signifie que je suis brisé et estropié Si tienne est la gloire alors mienne doit être la honte Tu veux ça plus sombre Nous tuons la flamme Magnifié, sanctifié, soit ton saint nom Vilipendé, crucifié, dans la constitution humaine Un million de cierges qui brûlent pour une aide qui n'est jamais venue Tu le veux plus sombre Hineni, hineni (*) Me voici, me voici Je suis prêt Seigneur Il y a un amoureux dans l'histoire Mais l'histoire reste la même Il y a une berceuse pour la souffrance Et un paradoxe pour blâmer Mais c'est noté dans les Écritures Et ce n'est pas une vaine revendication Tu le veux plus sombre Nous éteignons la flamme Ils alignent les prisonniers Et les gardiens visent Je me suis battu avec quelques démons Ils étaient de la classe moyenne et apprivoisés Je ne savais pas que j'avais la permission de tuer et de mutiler Tu veux ça plus sombre

Hineni, hineni Me voici, me voici Je suis prêt mon Seigneur Magnifié, sanctifié, soit ton saint nom Vilipendé, crucifié, dans la constitution humaine Un million de cierges qui brûlent pour une aide qui n'est jamais venue Tu le veux plus sombre Nous éteignons la flamme Si tu es le croupier, laisse-moi en dehors du jeu Si tu es le guérisseur, je suis brisé et estropiél Si tienne est la gloire alors mienne doit être la honte Tu veux ça plus sombre

Hineni, hineni Me voici, me voici Hineni, hineni Me voici, me voici Je suis prêt Seigneur

- Gideon Zelermyer Hineni Me voici Hineni, hineni Me voici, me voici Hineni Me voici

voilà la couverture est enfin finalisée.dans une semaine environ les fichiers PDF seront prêts à être envoyés chez l'imprimeur et le livre sera disponible début janvier.

Quant à moi, je continue à aller bien. Je récolte les fruits de 10 ans de souffrance et de travail acharné sur moi-même. Quand je vois tout ce que j'ai réalisé sur le plan artistique pour essayer de sortir de cette spirale infernale où j'ai été enfermé j'ai les larmes aux yeux.

Si vous saviez tous les ouvrages que j'ai lus, la culture que j'ai acquise, tout ça pour essayer de comprendre l'incompréhensible. Ce travail n'a pas servi à rien, il m'a ouvert une infinité de portes qui sans la souffrance je n'aurais même pas effleuré la poignée. C'est là tout le paradoxe du mal pour le bien. Je suis peut-être trop optimiste mais j'ai vraiment l'impression de m'en être sorti plus grand et plus fort qu'avant.

J'ai retrouvé ses propos dans le livre de Frédéric Lenoir : « la puissance de la joie » ou il évoque certains mystiques qui ont été obligés de passer par des épreuves extrêmement douloureuses pour accéder à la sagesse et à la paix.

la vie est mouvement, c'est Platon qui le dit. L'immobilisme c'est la mort.je me sens libéré d'un poids immense mais je suis devenu d'une sensibilité incroyable. Je pleure pour un rien, les larmes montent de mon âme, des larmes de joie et de bonheur d'exister enfin. J'avais raison, les médicaments ne servent à rien. Je ne sais pas ce qui m'a guéri, je pense que les internements en psychiatrie ont joué un rôle très important. Pas parce qu'on m'a donné les médicaments mais parce que j'étais dans un milieu confiné ou j'étais obligé de me comporter d'une façon différente et vous je côtoyais des gens comme moi. J'y ai beaucoup appris.

Je vais faire imprimer plus de courage que prévu car il semble qu'il peut intéresser plus de monde que je pensais. De toute façon j'en enverrai quelques-uns à des éditeurs et à des journalistes pour le faire connaître. C'est seulement un coup d'essai, avant la greffe qui est beaucoup plus important à mes yeux.

J'ai tellement peur que la souffrance revienne que je m'interdis tout processus créatif, je n'écris plus, je ne peins plus. Je passe mon temps dehors sois à jardiner sois à faire du sport et aller voir mes amis. J'attends de me sentir assez solide pour recommencer à recréer. D'ailleurs je ne sais pas si j'en ai encore la capacité. C'était la souffrance qui était mon inspiratrice, sans elle je n'ai plus aucune inspiration. Alors peut-être que ma vie d'artiste s'arrêtera là et que je commencerai une autre vie, celle d'un grand-père et d'un mari attentif au bonheur des siens.

Commentaires

1. Le mercredi, novembre 23 2016, 00:55 par Ninhursag

Bonsoir Eric.

Vous avez raison, la nouvelle mouture de votre couverture est mieux, le bleu était trop vif sur l'autre. En voyant les deux modèles on voit mieux.
*
En ce qui vous concerne, je dirais que vous êtes guéri, vous avez réussi à rassembler les morceaux de vous même qui étaient épars. Je vous ai écrit plusieurs fois cette phrase :
"aide toi et le ciel t 'aidera" et c'est ce qui s'est passé. Nous avons tous en nous une force qui peut nous aider bien plus que toutes les béquilles proposées, elle n'attend juste qu'on en soit conscient. Quand à votre aptitude à l'art vous pourrez vous y remettre car ça fait partie de vous, la souffrance vous l'a juste fait découvrir, ce serait bête de rejeter ça. A la place d'avoir la souffrance comme inspiration vous aurez votre sensibilité qui s'est développée.
Ce que dit Platon en parlant du mouvement de la vie et de l'immobilisme qui est mortel, je suis tout à fait d'accord avec lui, je l'ai découvert quand pour me sortir de ma souffrance j'ai décidé de bouger intellectuellement et physiquement et ça a été payant. Pour moi le remède est là, mais il est difficile à prescrire parce qu'il ne coûte rien à la société, mais il demande un effort sur soi, chose que les médicaments ne demandent pas, au contraire ils tuent les forces nécessaires à cet effort.

En tous les cas c'est merveilleux de vous lire et vous voir ainsi, ça fait chaud au coeur.
Je vous souhaite une bonne nuit ainsi qu'à votre épouse

Amitiés
Léonie

2. Le mercredi, novembre 23 2016, 08:41 par zorg-f

bonjour Léonie.

J'espère que vous avez raison, et moi aussi je crois que oui. Aujourd'hui j'ai une journée difficile. Je vais voir un ami très cher qui va mourir. Je viens lui dire adieu.
Pour le livre je pense qu'il sera disponible en janvier. Si vous voulez toujours en acheter un exemplaire le mieux c'est de vous inscrire sur mon forum qui se trouve dans la colonne de droite du blog : « échange et discussion » vous créez votre compte et vous pourrez m'envoyer des messages privés qui seront invisibles aux autres. Ainsi vous pourrait me donner votre nom et votre adresse et je vous posterai un exemplaire dédicacé. Vous pourrez me régler par chèque. Je vous posterai également en privé mon adresse.
C'est bon de vivre,, c'est bon de ressentir, la souffrance s'est transformée,, elle est devenue une hypersensibilité aux autres. J'ai tellement changé que j'ai modifié ma signature.
l'homme d'avant est mort, qui va être le nouveau ?

Bonne journée

3. Le jeudi, novembre 24 2016, 14:42 par ver00

Bonjour Léonie et Zorg

Je suis heureuse pour vous Zorg ,et il me plairait aussi d'acheter votre livre . J'ai quand même plus ou moins suivi votre voyage au bout de l'enfer, pas tant que Léonie, bien sur ! C'est une perle de compassion et d'amour .....Je me sens mieux aussi , je suis très occupée avec mon travail et les restos du cœur, mais dès que je diminue mon activité , j'écris sur l'inconscient. Oui , finalement, la souffrance rend plus humain , elle nous ouvre les portes de la sagesse , très certainement.

Amitiés.

4. Le jeudi, novembre 24 2016, 18:43 par zorg-f

bonjour.

Le voyage au bout de l'enfer,, c'était ça. Hier j'ai dit au revoir à quelqu'un qui m'est très cher et qui est en phase terminale d'un cancer. J'ai réussi à retenir mes larmes.
Aujourd'hui je suis allé voir mon psychiatre et là je n'ai pas pu retenir quand je lui ai dit que j'avais de la chance d'avoir un psychiatre intelligent.
Je lui ai expliqué que je pleurais très souvent maintenant, que je ne pouvais plus retenir mes émotions. Mais que c'était des émotions positives et des larmes de joie.
Je lui ai prêté un livre qui m'a beaucoup aidé dont j'ai déjà parlé et qui s'appelle anxiété.
Le mien si tout va bien le livre sera disponible au mois de janvier. Ce sera donc un recueil de poésie ou hélas il en manque quelques-unes parmi les plus beau que j'ai perdues à cause d'un plantage informatique au printemps dernier. Tant pis !
Mais pour moi le plus important reste la publication de la greffe.
Dès que le recueil de poésie sera publié, j'enverrai les fichiers de la greffe à mon correcteur. C'est quelqu'un que j'ai rencontré à la clinique, quelqu'un de très intelligent et de très attachant.
La souffrance ouvre des portes, à condition de la supporter.

J'aurai beaucoup de choses à vous raconter, je vais attendre un peu et puis je suis très occupée en ce moment, j'ai un emploi du temps de ministre.
Mais comptez sur moi pour continuer à faire vivre ce blog.
Amitiés à tous

5. Le jeudi, novembre 24 2016, 23:29 par Ninhursag

Bonsoir Ver00 et Eric

ça fait plaisir de vous lire tous les deux. Ver00 tu as compris tout plein de choses pour ce qui est de la sagesse et tu vas apprendre encore.
Aider les autres permet de s'élever, de grandir et surtout se retrouver. L'autre est une partie de nous-même et l'aider c'est s'aider soi-même.
En parlant de restau du coeur, il se trouve que mon ancien chef parti en retraite depuis quelques années qui m'en a fait voir de toutes les couleurs est devenu bénévole dans cette association, je ne l'aurais jamais imaginé faire ce travail, je me suis dis qu'il a du se bonifier.;-)
*
C'est cool Eric que ce blog continue de vivre, il vous a permis de tenir bon, maintenant ce sont de belles choses qui vont le faire vivre quoique malgré tout de belles choses ont été écrites dessus, et celles que l'on voit moins belles avaient aussi leur place, c'est un tout.
*
Bonne soirée à tous les deux
Amitiés
Léonie

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://zorg-f.fr/index.php?trackback/690

Fil des commentaires de ce billet