L'été meurtrier.

Ce week-end prolongé la présence de ma fille, de son mari et de son petit garçon m'a obligé à faire des efforts insensés sur moi-même pour tenter de contrôler mon angoisse. Lorsqu'ils sont partis hier soir la maison semblait bien vide et nous avons retrouvé moi et ma femme notre huis clos dont je suis le responsable. Ma femme était triste et pleurait, moi j'étais content d'avoir renoncé pour un moment à mes projets mortifères et à avoir donné je crois un peu de bonheur à ma fille et à son fils. Ce n'était pas que j'étais bien, l'angoisse était la, bien accroché à moi. Le soir à la télévision sur Arte il passait un vieux film : « l'été meurtrier. » Avec Isabelle Adjani et Alain Souchon. D'habitude je suis tellement fatigué le soir que je me couche vers 21:00, mais hier soir je ne sais pourquoi je suis resté avec ma femme et j'ai regardé le film. Il est très bien ce film, il a bien vieilli. C'est un film sur la folie. Et là encore je ne sais pas pourquoi l'angoisse à décroché, j'ai pu regarder le film presque comme avant, avec du plaisir et de l'intérêt. Je suis extrêmement fatigué, je ne sais pas si c'est ma vie sédentaire ou je passe les trois quarts de mon temps allongé sur mon divan à fumer des cigarettes ou les médicaments en particulier cette saloperie qui s'appelle :NOZINAN, où l'association des deux. Tout ce que je sais ce que j'ai du mal à mettre un pied devant l'autre au sens propre. Mais ce matin je me suis fait violence malgré l'angoisse et je suis allé acheter mes cigarettes tout seul (en général c'est ma femme qui me ravitaille.). Cet après-midi je suis allé tondre dans la maison de vacances. J'étais épuisé alors qu'avant il n'y a pas si longtemps l'effort me faisait du bien. Lorsque j'avais terminé, je prenais quelques minutes pour m'asseoir et contempler le jardin et j'avais de la joie. Mais maintenant je ne peux plus aller au soleil librement à cause du Nonizan qui peux donner de terrible photo sensibilisation. Alors j'ai peur du soleil, je ne suis plus libre, plus libre de moi-même, de mon corps, et de mon esprit parasité par un virus qui s'appelle l'angoisse. Curieusement en regardant le film ou plutôt vers la fin je me suis souvenu d'une musique, un air s'est mis à trotter dans ma tête, quelque chose de très ancien, où il était question du temps, je ne me souvenais que d'un mot : « temporel. ». Je suis allé sur Internet et j'ai trouvé. Il s'agit du bal chez temporel de Guy Béart. Voilà une journée de passée et je souffre encore et toujours. Comment voulez-vous que j'arrête cette saloperie de nozinan ?

Commentaires

1. Le mardi, mai 10 2016, 01:04 par Ninhursag

Bonsoir Eric

C'est chouette que vous ayez pu regarder ce vieux film qui comme vous dites à bien vieilli, d'ailleurs j'aime bien revoir les vieux film mais je n'ai pas regardé le programme TV hier et d'ailleurs je regarde peu la télé.
Je vous avais dis que le Nozinan est une cochonnerie, j'ai eu du mal à m'en débarrasser, j'avais fait des séances d'acupuncture pour le faire. Mon beau père à du être sevrée du Nozinan qu'il prenait depuis des années parce qu'il perdait la tête avec d'autant qu'il est âgé, ce médicament a été remplacé par d'autres médicaments mais ce n'est pas mieux parce qu'en fait il ne fait que dormir et rien ne l'intéresse et il ne veut voir personne. Bizarrement il a été une semaine sans médicaments et il avait retrouvé l'envie de lire et d'écrire et de sortir mais il ne peut plus se passer de ces médicaments et donc il angoisse à nouveau. En fait c'est un cercle vicieux et je pense que c'est ce qui vous arrive, vous n'arrivez pas à briser le cercle.
Sinon ma question serait : souffrance est-elle la même avec ou sans médicaments? Vous soulagent-ils un peu?? parce que s'ils ne vous soulagent pas, pourquoi en prendre? est ce pour vous rassurer?
Quand au fait que vous manquer d'énergie, ça vient du fait que vous ne faites plus grand chose car l'activité fait remonter le taux d'énergie, le sport en l'occurrence, d'ailleurs à ce sujet j'en discutais avec une connaissance qui est magnétiseur et comme je commence aussi à magnétiser (depuis que mon frère m'a un peu appris), il conseillait la course à pied ou monter les escaliers pour augmenter le taux d'énergie. Avez vous essayé les séances de magnétisme (avec un bon thérapeute bien sûr)?
Peut être qu'au niveau énergétique ça vous ferait du bien. Puisqu'aucune thérapie traditionnelle ne vous aide pourquoi ne pas essayer des thérapies parallèles.
En tous les cas quelque soit ce que vous êtes, ne vous occupez pas de ce que les autres peuvent penser de vous car ça aussi c'est une de vos sources d'angoisse comme beaucoup d'autres petits détails de ce genre.

Par ailleurs n'oubliez pas ce que je vous ai dit à propos du suicide......Vous croyez que vous serez soulagé mais il n'en n'est rien, ça risque d'être pire qu'avant, je sais que c'est difficile à concevoir, mais sans le corps nous existons toujours, vous êtes dans une prison psychique actuellement mais vous avez une chance d'en sortir alors que sans corps, ce sera impossible. Mon frère médium qui voit les morts m'en a beaucoup parlé et déconseille cette solution, car la souffrance est pire de l'autre côté du miroir. Maintenant vous n'êtes pas obligé de croire cela car ce n'est pas ce qu'on vous a appris.

En tous les cas je vous souhaite de retrouver quelques moments comme vous venez d'avoir et de profiter à fond de ces moments même si vous devez angoisser après car ce sont ces petits moments mis bout à bout qui pourraient vous faire remonter un peu la pente.

Bonne nuit à vous et à ceux qui vous entourent.
Amitiés
Léonie

2. Le mardi, mai 10 2016, 11:20 par zorg-f

Sinon ma question serait : souffrance est-elle la même avec ou sans médicaments? Vous soulagent-ils un peu?? parce que s'ils ne vous soulagent pas, pourquoi en prendre? est ce pour vous rassurer?

c'est exactement la question que je me posais ce matin. J'ai une addiction aux médicaments comme à la cigarette. J'attends qu'il me soulage, mais ça fait bien longtemps que ma première cigarette ne m'apporte plus la détente d'autrefois. Quant aux médicaments lorsque je les prends je suis en colère et j'ai de l'angoisse de les prendre car ils me rappellent tous les jours que je suis malade.

Sont-ils efficaces ? Je ne sais plus, ce sont des anxiolytiques très puissants mais je suis habitué,, intoxiqué. Dépendant. Je ne peux pas faire la part des choses moi-même, car j'ai des crises angoisse à la moindre contrariété, j'ai les crises d'angoisse dès que je suis dans l'action. Ça c'est nouveau et très inquiétant, car auparavant l'action me libérait. J'ai du mal à écrire et à m'exprimer correctement. J'ai été lire le blog de ver00 et j'ai été impressionné par la richesse de sa pensée, j'ai pu faire la comparaison avec la mienne et conclure que sur le plan cognitif j'étais complètement détruit.
Le suicide est toujours à l'ordre du jour. Je ne veux pas finir comme un légume.
J'ai fait le bilan de ma vie passée. J'ai toujours été malade et j'ai fait semblant d'être comme les autres. C'était inconscient chez moi, heureusement d'ailleurs car si j'avais su qui j'étais vraiment je serais devenu fou beaucoup plus tôt. Ce sont les femmes,, deux femmes qui m'ont permis de vivre. Elles m'ont insufflé la vie, celle que mes parents avaient oublié de me donner. Le goût de vivre, la joie d'exister. J'ai été élevé à mort. Allons arrêtons-nous là. La journée va être dure.

3. Le jeudi, mai 12 2016, 11:23 par zorg-f

ce que je vais vous dire maintenant ne mérite pas un billet. Je suis en train de devenir dément. La folie s'installe en moi. Il faudrait que je passe des tests auprès d'un neuropsychiatre, qu'on me fasse un bilan complet. Mais je suis sûr, je deviens fou.

4. Le vendredi, mai 13 2016, 17:52 par Ninhursag

Bonjour Eric

Je passe en coup de vent. je voulais juste vous demander si vous prenez toujours le NOZINAN?
Je vous pose cette question parce mon beau père a eu des accès de démence avec ce médicament, raison pour laquelle le psy l'a sevré de celui-ci du jour au lendemain, il a remplacé le traitement par des anti-dépresseurs, bon mon beau père n'est pas guéri de ses angoisses pour autant mais la démence n'est plus là, d'ailleurs au début on pensait que c'était un début d'alzheimer et il n'en était rien, c'était le NOZINAN le responsable.....

Bonne journée à vous et à plus tard.
Amitiés
Léonie.

5. Le vendredi, mai 13 2016, 20:48 par zorg-f

oui.je l'ai repris pour ne pas me pendre.je n'ai pas la force de le stopper.je souffre trop.

http://products.sanofi.ca/fr/nozinan.pdf
6. Le samedi, mai 14 2016, 19:21 par Ninhursag

Bonsoir Eric

Qu'est ce qui peut vous faire penser que ce médicament vous a empêché de vous pendre, ne pensez vous pas que c'est la pensée de le prendre pour ne pas vous pendre qui a agit sur vous plutôt que le médicament qui est d'après moi un vrai poison (l'ayant expérimenté moi-même)?
Je pense que le médicament aurait été autre votre réaction aurait-été la même, vous l'auriez pris pour ne pas vous pendre, donc le problème vient de votre pensée que vous ne contrôlez pas et les médicaments vous donnent l'impression de vous empêcher de faire le pire, mais ce n'est qu'une impression mais pas la réalité. Ce sont vos pensées qui doivent être traitées et les médicaments n'ont aucune influence sur elles car une pensée vous dit de vous pendre et une autre de prendre les médicaments pour ne pas vous pendre, c'est un cercle vicieux.
En voulant faire taire les pensées en les muselant au lieux de les accueillir et les regarder passer pour ce qu'elles sont (uniquement des pensées) vous les accumulez et dès qu'elles retrouvent leur liberté elles explosent de plus belle et de plus en plus fortes, c'est comme les enfermer dans une cocotte minute au risque de la faire exploser.
Vous aviez fait un peu de méditation et peut être aurait-il fallu continuer mais avec quelqu'un qui vous suive et non tout seul, ne serait-ce que pour apprendre à gérer ces pensées.
Enfin je dis cela, peut être ai je tort mais dans mon for intérieur c'est ce qui me vient à l'esprit.
Je vous souhaite de sortir de ces addictions médicamenteuses (le Nozinan étant la cerise sur le gâteau) qui sont un cercle vicieux et un frein pour que vous puissiez sortir de la souffrance dans laquelle vous êtes car elles vous enlèvent toute lucidité et toute vitalité.

Je vous souhaite une soirée comme celle que vous avez vécu tout récemment en regardant un vieux film.
Amitiés
Léonie

7. Le dimanche, mai 15 2016, 10:09 par zorg-f
j'aimerais tant pouvoir me tuer pour mettre fin à mes souffrances et à échapper au destin tragique qui m'attends.
8. Le dimanche, mai 15 2016, 23:33 par Ninhursag

Bonsoir Eric

En fait vous voulez faire taire vos pensées puisque ce sont elles qui vous font souffrir, mais de l'autre côté vos pensées vous suivrons aussi c'est en vie qu'il faut les maitriser car ce sont elles qui vous enferment et de l'autre côté ce ne sera pas possible. Donc mourir pour souffrir éternellement je ne pense pas que ce soit la bonne solution ni ce que vous souhaitez.
Tant que vous n'avez pas exploité toutes les voies qui pourraient vous aider vous ne devez pas renoncer.
Comme vous l'avez constaté Ver00 se bat, des milliers d'êtres se battent tous les jours pour rester en vie ou sortir de la souffrance parce qu'elles ont l'espoir et ce sont elles qui ont raison, seule une vraie bataille peut faire sortir de la souffrance et si je vous dis cela c'est ce que j'ai expérimenté et si je ne vous lâche pas c'est pour cette raison car je sais que c'est possible et j'ai croisé sur mon chemin de vie d'autres personnes qui ont réussi ce miracle.
Votre souffrance est couplé à l'addiction aux médicaments qui vous enlèvent toute l'énergie dont vous auriez besoin pour vous en sortir et il est bien connu que ces médicaments induisent des envies de suicides et c'est en lisant cela que j'ai compris d'où venaient mes envies à l'époque où tout était noir et j'ai fait en sorte de sortir de ce cercle vicieux, ça a été long de se sevrer mais c'est possible en réduisant les doses progressivement, je ne vous apprend rien sur le sujet mais ce qu'il faut c'est la volonté et même si un jour on craque le lendemain on remet ça.

Réfléchissez bien à cela, vous devez vous faire aider pour le sevrage, c'est la seule solution.
Ne jetez pas l'éponge tant que vous n'avez pas essayé.

Bonne nuit à vous....je serais toujours là pour vous soutenir.
Amitiés
Léonie

9. Le lundi, mai 16 2016, 11:03 par zorg-f

merci,moi aussi je me suis battu de toutes mes forces.j'ai tout essayé.maintenant le ressort est cassé,qui pourra le remonter pour que la machine se remette en marche?

je vous est écouté et je rebaisse le nozinan.

je suis brisé leonie.

a bientot

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://zorg-f.fr/index.php?trackback/673

Fil des commentaires de ce billet