Si vous croisez mon chemin

Si vous croisez mon chemin.

Si un jour je vous rencontrais, et si c'était le début de votre histoire, l'histoire du début de votre souffrance, je ne vous dirai rien.

À quoi bon vous expliquer tout ce qui vous attend et que vous ne savez même pas, à quoi bon vous dire tout le chemin à faire, à quoi bon vous faire peur.

Je pourrais me comporter comme le sage ou comme l'ermite qui croise un voyageur, il lui demanderait son chemin, et l'autre lui répondrait que la route est pleine d'embûches, il lui laisserait des signes, quelque chose qui le mettrait debout lorsqu'il serait par terre, il lui parlerait du grand mystère, et peut-être de la lumière, de la terre promise, du paradis perdu, de la beauté à l'intérieur, de l'amour et de l'espérance, il lui dirait de ne pas avoir peur, il lui donnerait peut-être quelque chose pour s'accrocher, un talisman, une grappe de raisin en argent, une croix, une médaille, que sais-je ? Un simple caillou, cela suffit.

Il me demanderait : quelle est la route ? Où est le plan ? Comment vais-je faire si je me perds ?

Je ne répondrais rien, je lui dirais de marcher devant lui la où son regard le mène.

Écoutez-moi bien mes enfants, lorsque le petit garçon alla se coucher il rêva toute la nuit du petit poisson rouge, et lorsqu'il se réveilla le matin il crut qu'il avait rêvé, que cette histoire n'était pas arrivé, croyez-vous mes enfants qu'un petit poisson peut parler comme un petit enfant, personne ne peut imaginer une histoire pareille, pourtant toute la journée le petit poisson rouge occupa les pensées du petit garçon lorsque le soir arriva enfin alors il couru vers  la plage, impatient de voir s'il n'avait pas rêvé.

Alors papa raconte l'histoire.

Et bien le petit garçon retourna sur la plage le soir comme vous l'auriez fait aussi, j'en suis sûr.

Les enfants qui écoutaient leur père les yeux grands ouverts acquiescèrent de la tête, ils auraient fait la même chose.

Donc mes chers petits-enfants le petit garçon retourna à la plage à la tombée de la nuit, il marcha  le long de la grève et il n'entendit rien, il marcha des kilomètres jusqu'à ce que le soleil fut presque tombé et que la Lune apparaisse sur la mer, il était désespéré, il avait rêvé cette histoire, ce n'était pas possible, comme il était triste.

La petite fille qui écoutait son papa se mit à pleurer, ce n'est pas possible, c'est trop triste papa, continue ton histoire.

La nuit était presque tombée et le petit garçon savait qu'il devait rentrer à la maison car sa grand-mère allait s'inquiéter, il marcha une dernière fois le long de la grève scrutant les vagues, ouvrant ses oreilles toutes grandes, il n'entendait toujours rien alors il fit demi-tour et commença à partir, il avait marché à peu près une centaine de mètres lorsque dans le vent il entendit une petite voix :

« Petit garçon..... Petit garçon »

il fit demi-tour en courant et se précipita vers la mer et il dit :

« C'est toi petit poisson ?.... C'est toi qui me parles ? »

Les enfants qui écoutaient leur papa avaient les yeux grands ouverts et la petite fille ne pleurait plus , ils poussèrent tous un grand ha de soulagement, enfin eux non plus n'avaient pas rêvé, ouf !

« Oui petit garçon c'est moi.... J'ai failli ne pas pouvoir venir, il s'est passé quelque chose de terrible dans notre pays sous les mers, le méchant homard est revenu, nous avons dû lutter tous ensemble pour le repousser car il voulait nous manger moi et ma famille et tous les amis de la mer »

« comment as-tu fait petit poisson rouge ! »

« Petit garçon........... petit garçon........... nous avons appelé tous les amis, les bigorneaux, les crevettes, les étoiles de mer, les petits crabes, même les poissons électriques, la vieille murène qui est si vieille qu'elle est devenue gentille, elle habite tout près de chez nous, les bigorneaux lui ont pincé la queue, les crevettes l'ont aveuglé, la murène s'est entourée autour de lui et les poissons électriques ont achevé le travail, il s'est enfui au moins pour cette fois ! »

« Quel courage petit poisson, »

« petit garçon........... petit garçon............ il est tard je ne vais pas pouvoir rester très longtemps, tu viendras demain ? »

Le petit garçon réfléchit quelques instants, il venait d'avoir une idée de génie !

Les enfants dirent, raconte papa, qu'est-ce qu'il va faire ?

« Petit poisson.......... petit poisson rouge, je viens d'avoir une idée, demain je t'invite chez moi, je te montrerai ma maison, ma chambre, et tous mes jouets, je te montrerai le monde des hommes, est-ce que tu viendras ? »

« Petit garçon.... Petit garçon c'est impossible, je ne peux pas vivre à l'air libre »

« petit poisson je sais, mais j'amènerai mon aquarium, je le remplirai d'eau de mer et tu viendras dedans et je t'emmènerais chez moi, comme ça tu pourras vivre et tu verras tout, ensuite je te ramènerai chez toi »

« petit garçon......... petit garçon ton idée est formidable, je vais enfin pouvoir voir ton monde, attends-moi demain je te promets que je serais la et tu m'emmèneras chez toi »

le petit garçon rentra en courant chez lui il arriva très tard à la maison, sa grand-mère l'attendait et elle lui dit :

où étais-tu encore passé petit galopin, je ne veux pas que tu traîne tard sur la plage tout seul, c'est dangereux, si tu recommences je t'enfermerai dans ta chambre.

Excuse-moi grand-mère, je n'ai pas vu le temps passer il y avait beaucoup de coquillages je ne recommencerai plus, je te promets.

Le petit garçon monta se coucher, et sorti son vieil aquarium du placard, il le nettoya soigneusement pour que le petit poisson rouge n'attrape pas les maladies des humains, la scarlatine et la rougeole pourrait le tuer, il fallait qu'ils prennent toutes les précautions possibles.

Les enfants écoutaient toujours leur papa, raconte, raconte-nous la suite de l'histoire,

demain les enfants, ce soir c'est fini, allez dormir et je vous promets que demain je continuerai si vous êtes sages.

Commentaires

1. Le samedi, décembre 17 2011, 22:44 par Ninhursag

En ce qui concerne la première partie de votre post, remplacez le mot SOUFFRANCE par le mot EVEIL et ça donnerait à peu près la même chose.
Si un jour je vous rencontrais...............................Je ne vous répondrais rien.......................
Oui, parce que le chemin est assez spécial et chaque jour amène des nouveautés et c'est comme le petit poucet que l'on avance, on suit des cailloux sur un chemin dont on ne connait pas le bout. Je pense de plus en plus que la souffrance est un tremplin vers l'éveil à condition de dépasser cette souffrance et d'en sortir vainqueur par l'abolition de toutes les peurs qui nous gouvernent et n'évitent pas le danger.

Je suis comme les enfants, l'histoire du petit poisson rouge me plait beaucoup et je reste sur ma faim, donc je vais devoir être sage pour connaître la suite :)

Bonne fin de soirée

2. Le dimanche, décembre 18 2011, 11:21 par zorg-f

bonjour Ninhursag

au debut il y a la souffrance,et puis pour certains a la fin de la souffrance commence autre chose,pour moi la souffrance continue mais elle s'accompagne de la joie,on peut souffrir et etre heureux en méme temps!

Vous serez sage et il y aura une suite.

Et puis il y a la greffe, j'ai compris hier, c'est le mythe d'Isis, il manque le phallus, comme dans la légende.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://zorg-f.fr/index.php?trackback/466

Fil des commentaires de ce billet